C’est dans l’eau que se sont élaborées les premières molécules du vivant, puis les premières cellules ancestrales. Plus tard, quittant la vie aquatique pour la vie aérienne, les organismes ont emporté l’eau avec eux, au sein de chacune de leurs cellules.

L’eau a une importance primordiale dans tout ce qui est vivant. Le corps humain est constitué de 70 – 75 % d’eau, c’est l’élément le plus abondant dans les tissus vivants, à l’exception de l’os et de l’émail. L’eau est indispensable à l’activité métabolique puisque tous les processus physiologiques se font en milieux aqueux.

L’eau commande nos émotions, nos états d’âme. Il est troublant de voir comme notre langage courant fait appel à l’eau pour traduire nos émotions.

Toute Vie est attirée vers l’eau tels les rivières et les lacs. Certains considèrent l’eau comme étant la Vie même et parlent « d’eau vivante ».
Le symbole archétypique de l’eau est l’icosaèdre (20 faces), l’un des cinq éléments de Platon, correspondant aux cinq éléments.

L’eau a une propriété particulière: en fonction de la répartition des charges contraires dans la molécule, elle agit comme un dipôle. Elle est polarisée, c’est ce qui lui permet de se lier aux groupements positifs ou négatifs.

Toute la Vie est régie par des ondes électro-magnétiques. L’eau est au cœur de la transmission de la vibration de Vie. C’est l’eau qui va permettre les fonctionnements cellulaires à l’intérieur des organismes. De par sa polarité, elle engendre ou favorise l’ionisation métallique et tous les mécanismes biochimiques de l’intérieur et à l’extérieur de la cellule vivante.

L’auto-création de la molécule de l’ADN, qui contient l’information de la vie, ne peut se concevoir sans cette polarité du milieux aqueux.

« Tout est vibration. Rien n’est inerte. Tout vibre » était-il écrit sur les frontispices des temples égyptiens. Ce n’est qu’au début du 20è siècle que la Science put démontrer le caractère électromagnétique des cellules vivantes. Un immense travail, généralement occulté !

LAKOVSKY Georges ( 1870-1942 – concepteur du circuit oscillant ) dans ses livres « L’Origine de la vie » et « Le secret de la Vie », explique le caractère électromagnétique de la Vie. Il mit au point des circuits oscillants de fréquence déterminée, qui eurent de spectaculaires succès sur les humains et les plantes.

Plus tard, STROMBERG Gustave (Suède 1882-1962 – Astronome) découvreur du champ électro-magnétique vivant autour des cellules, et FROELICH démontra que ces vibrations cellulaires étaient en fait un langage intercellulaire. Les cellules se parlent entre elles !

Ceci fut confirmé par ARTHUR PILAR aux USA qui étudia comment les cellules osseuses communiquaient pour parvenir à une guérison rapide.

Les noms de POPP, SCHMIDT, PRIGOGINE, GABOR et GURWITSCH Aron (1901-1973 – théorie du champ de la conscience) s’associent dans ce lent déchiffrage du langage cellulaire qui mènera à terme A UN TRAITEMENT ELECTROMAGNETIQUE DE LA MALADIE.

Depuis la découverte de sa composition chimique, au 18è siècle, l’eau a été réduite au stade de banale matière première ou de véhicule. La science moderne naissante n’avait aucune considération pour la métaphysique et il fallut attendre les développements récents de la physique quantique pour que la physique retrouve le sacré au cœur de la matière.

L’Homme a été le grand perdant de ce matérialisme de l’Histoire. En réduisant la Nature et en oubliant les fonctions vitales de l’eau et de la matière, on a, peu à peu, par ignorance, inhibé les fonctions de Vie qui s’expriment de multiples façons. Fonctions de Vie dont l’eau est le messager, le liant, le Révélateur Universel.

LA MEMOIRE DE L’EAU

TERUO HIGA (Japon 1941-  ) décrit ainsi la mémoire de l’eau :

« L’eau de pluie s’imprègne de toutes les informations négatives des couches atmosphériques polluées et transfère ces informations aux sols et aux nappes phréatiques et bien que certaines de ces informations soient réduites en puissance au contact de certains sols et minéraux, cette information ne sera pas totalement annulée. Pour cela, il faudrait qu’elle se convertisse à nouveau à l’état de vapeur et soit exposée aux rayonnements solaires et à l’ozone. »

Gaston Bachelard écrivait : « Une goutte d’eau pure suffit à purifier un océan, une goutte d’eau impure suffit à souiller un univers. »

Le transfert de l’information est une des propriétés de base de l’eau et pour cette raison un soin extrême est nécessaire quand on s’en sert, car elle agit en temps que médiateur.

Teruo Higa ajoute : « Les effets varient considérablement en fonction du type d’information inscrite dans les amas moléculaires de l’eau. Actuellement, ce qui rend les problèmes de l’eau tellement importants, c’est qu’il n’est pas simplement question de qualité d’eau, mais de l’information qui y est enregistrée et qui va déterminer sa nature à un moment donné. »

Les photos des cristaux d’eau prise par un autre japonais, MASARU EMOTO (1943 – 2014), ont fait le tour du monde. L’eau enregistre le message de beauté, de laideur, de force, l’harmonie ou le chaos.

Une simple exposition d’un tube rempli d’eau aux sons d’une musique, à des noms inscrits sur le tube en verre ou de toute autre façon, suffit à inscrire dans l’eau la vibration correspondante. Il en résulte des cristaux de glace d’une indicible beauté pour exprimer la solidarité, l’amour, la joie, ou bien ses contraires qui se manifestent par des représentations chaotiques et désorganisées. Les effets de la pollution sont ici parlants et provoquent le choc mérité.

Il a pu montrer des cristaux de glace superbes, lorsque l’eau avait « écouté » Mozart, Bach ou les incantations d’un prêtre Shinto. Les mantras des anciens sont bien connus pour conférer à l’eau des vertus curatives. Le mantra de « Mère » à Auroville (Inde) a montré la modification des cristaux.

Les photos sont obtenues par une cristallisation au chlorure de cuivre de trois types d’eau : l’eau du robinet, l’eau dynamisée par la Méthode Violet  ou le générateur d’ondes de Georges Lakovsky.

Les mains de certaines personnes transmettent l’intention de l’opérateur, sa « prière »… et communiquent à l’eau le niveau vibratoire à hauteur de la « qualité vibratoire » de cette personne.

Il faudra beaucoup de patience aux chercheurs sincères, aux scientifiques ouverts, ces alchimistes modernes, pour rendre à l’eau, intermédiaire essentiel de toute création, ses pouvoirs.

Beaucoup de ces voix ont été tues par le monde scientifique parce qu’elles remettaient en cause un dogme, inacceptable pour le corps médical.

Cette mémoire de l’eau a été bien étudiée par JACQUES BENVENISTE (1935 – 2004), scientifique français, ancien directeur du laboratoire de biologie numérique du CERN de Clamart. Ses expériences font appel aux deux phénomènes : les dilutions – dynamisations propres à l’homéopathie – et les expériences de transmission électromagnétiques. Les deux types d’expérience accréditent l’hypothèse de la Mémoire de l’eau. Ses travaux expliqueraient les effets de l’Homéopathie.

Sans surprise, Jacques Benveniste s’est vu supprimer ses crédits, expulsé de son Laboratoire. Je souhaite ici lui rendre hommage.

Les découvertes de J.Benveniste ont divisé la communauté scientifique, il y a plus de 20 ans déjà.

Les éléments les plus conformistes ont refusé systématiquement ses résultats, car ils remettaient en cause les bases fondamentales de la biologie et de la médecine !

Par contre, un nombre important de chercheurs l’ont aidé en France et à l’étranger et lui ont permis de poursuivre ses travaux, entre autres, sur les transferts de l’information biologique par courrier électronique.

ROGER DURAND fait écho à ETIENNE GUILLE (« L’Alchimie de la Vie » – Ed. du Rocher et « Le langage vibratoire de la Vie » – Ed. du Rocher), lorsqu’il conclut : « La mémoire de l’eau, ne serait-elle pas cette image électromagnétique en mesure d’avoir ensuite des effets biologiques ? »

La découverte de Benveniste gêne beaucoup de gens, car même après épuration, l’eau garde sa mémoire : engrais chimiques, pesticides, lignes à haute tension, four à micro onde… C’est une sérieuse remise en cause de toute une civilisation !

La prise de conscience récente de la globalité des phénomènes a permis de mettre en œuvre des processus de régénération et d’accéder à des solutions radicales pour remédier aux maux de l’Homme et de la Terre. Redonner à l’Eau ses propriétés originelles et effacer ses informations négatives, est une priorité évidente. Cette transformation est communément appelée « dynamisation ».  Celle-ci échappe généralement aux mesures classiques de Laboratoire et doit faire appel à des faits diversement objectivables.

La dynamisation ne peut satisfaire ceux qui exigent des mesures à tout prix, les phénomènes vibratoires qu’elle met en cause ne sont pas quantifiables dans l’état actuel de la connaissance scientifique. Néanmoins, ses effets sont objectivables de multiples façons, par une série de « lectures » à la frontière entre le monde physique et celui que Platon appelait la «  métaphysique », c’est-à-dire adjacent au monde physique, mais distinct de ce dernier.

  • LA CRISTALLISATION SENSIBLE

Expérimentée par PFEIFFER en 1932, sur une idée de RUDOLF STEINER (1861-1935 L’Anthroposophie –  doctrine s’appliquant à l’éducation, l’agriculture, les arts, la médecine). Cette méthode met en évidence le « caractère philosophique » de la matière vivante.

Si on fait cristalliser une solution de chlorure de cuivre sur une plaque de verre, il apparaît des aiguilles cristallisées en désordre, dont la configuration s’apparente aux figures de givre sur les vitres. Si à la solution de chlorure de cuivre, on ajoute quelques gouttes de sang ou du jus de plantes, la solution cristallise s’organise en configurations typiques, significatives des énergies vitales.

La photographie des plaques se fait sous lumière latérale, pour apprécier les 3 dimensions de la cristallographie. Un caractère unique des cristallisations est de produire des configurations d’aiguilles spécifiques de la matière ou de l’organe en cause. Cette méthode est à présent courante dans le dépistage des maladies, surtout en Allemagne. Elle permet de prévoir longtemps à l’avance une évolution du terrain d’une personne.

  • LA BIOELECTRONIQUE

C’est la science qui mesure objectivement, à partir de 3 paramètres électro-physiques connus, les courants électromagnétiques de la Vie. Ce sont les « champs vivants » de Gustave Stromberg dans les années 1940.

LOUIS CLAUDE VINCENT (1906-1988 – ingénieur hydrologue) parvint à caractériser un état normal d’un état pathologique du vivant, par le ph, la résistivité et le rH2 (potentiel redox).

  • LA PHOTO KIRLIAN

La photographie des énergies subtiles, « effet Kirlian » ou autre. Plusieurs procédés sont disponibles sur le marché, qui permettent de belles photos d’auras ou de simples rayonnements, des champs électro-magnétiques.

  • DROP PICTURE

La technique connue sous le nom de Drop-Picture fut utilisée par Théodore SCHWENK (« Le chaos sensible ») pour mettre en évidence la différence de qualité énergétique entre les eaux des robinets des villes et celles des sources non polluées. La photographie de la goutte d’eau entrant en contact avec une surface liquide : une eau de qualité rayonnera et présentera de nombreux Vortex.

Viktor SCHAUBERGER (1885-1958 – Autriche – Naturaliste, garde forestier, inventeur du Vortex – « Le génie de Viktor Schauberger – Alice Bartholomew – Ed. Le Courrier du Livre). Il observa longuement la Nature et notamment les cours d’eau. Il voyait en l’Eau, pas seulement le support de toute Vie, mais celui de l’ensemble de la conscience terrestre.

Ses contemporains critiquèrent ses procédés peu scientifiques. Il mit en garde, dès le début du 20è siècle, contre les conséquences de l’exploitation intensive de la terre, de la forêt et de l’eau, ainsi que contre celles de l’énergie atomique, de la déforestation et de la régulation des cours d’eau. Il élabora de remarquables alternatives. Mais dans les années 1950, on assista à un engouement grandissant pour les pesticides, les engrais qui permettaient des rendements importants en peu de temps. Pendant longtemps, on refusa de voir que, pour maintenir ces taux de rendement élevés, il fallait augmenter d’année en année les apports chimiques. Aujourd’hui c’est son petit-fils qui continue de répandre ses idées et ses innovations (jardinage, agriculture).

Les mains de certaines personnes transmettent l’intention de l’opérateur, sa « prière »… et communiquent à l’eau le niveau vibratoire à hauteur de la « qualité vibratoire » de cette personne.

Il faudra beaucoup de patience aux chercheurs sincères, aux scientifiques ouverts, ces alchimistes modernes, pour rendre à l’eau, intermédiaire essentiel de toute création, ses pouvoirs.

Beaucoup de ces voix ont été tues par le monde scientifique parce qu’elles remettaient en cause un dogme, inacceptable pour le corps médical.


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *